coup de main au marais d’Antoine

Bonjour amis jardiniers solidaires,

nous avons besoin de bras supplémentaires pour un coup de main que nous organisons demain vendredi 21, à partir de 17h, au marais d’Antoine, rue de Babylone à Bourges.

Ce grand marais de 3030 m2 est affecté à plusieurs adhérents et les jardiniers solidaires gèrent aussi pour l’association, des parcelles en biodiversité, en production de tomates, en serres…

Plus nous serons nombreux, plus vite seront réalisés les travaux d’entretien et d’amélioration. Et en final, si chacun apporte un mets ou une boisson, nous partagerons vers 19h30, tout cela ensemble, autour de la table.

Depuis quelques semaines, notre association récolte enfin des légumes bio, sur les parcelles certifiées par Ecocert, cultivées avec réussite, par des adhérents stagiaires qui étaient débutants en jardinage, et par 5 stagiaires Afghans, Erythréens et Soudanais. Ces productions arrivent à maturité successivement et nous les proposons à présent à la vente, les lundis, mercredis et vendredis, de 18 à 19h30, à l’entrée du marais d’Antoine. Ces recettes raisonnables et limitées, nous permettent d’équilibrer nos comptes, salaires et charges.

L’espace d’entrée du marais d’Antoine était dans un état plutôt déplorable, début juillet, de l’avis de tous. Un gros travail a déjà été effectué mais des tâches restent à faire, à la portée de tous les jardiniers solidaires. D’autre part, plusieurs bénéficiaires de parcelles dans ce marais, ne poursuivront pas en 2021.

Au jardin en août 2020

La météo : juillet vient de battre le record du mois le plus sec, jamais enregistré depuis 1959 ! Beaucoup d’interdictions d’arrosage concernent tous les jardiniers, de 8h à 20h, car tous les cours d’eau et les nappes phréatiques sont au plus bas. L’usage des pompes à eau est déconseillé, égoïste, non solidaire, souvent interdit, car jugé irresponsable. Août débute, sec et caniculaire. Les journées solaires diminuent et les températures nocturnes baisseront vite, en 2 è quinzaine.

La lune : elle est montante jusqu’au 14 août, puis descendante du 15 au 28, puis montante à nouveau par rapport à la ligne d’horizon. La lune était pleine le 3.

Le travail du sol : après récolte, un nettoyage à la houe ou à la griffe ou un fraisage à la motobineuse, permettent d’assécher et d’éliminer un maximum de racines d’herbes parasites (les adventices). Le soleil ardent et la chaleur élimineront beaucoup de racines, par temps sec. Ailleurs, il faut désherber et biner souvent, pour privilégier le développement des légumes gourmands en eau. Les entourer de paille, foin, BRF, gazon ou herbe coupée, cartons ou polyamides noirs, c’est préserver la fraicheur, protéger et nourrir les cultures et empêcher la pousse d’herbe.

Les semis : il fait trop chaud et trop sec pour semer. Attendre des températures plus fraiches en 2 è quinzaine d’août pour semer épinards, fenouils, navets, raves, radis noirs, choux de Chine, cerfeuils, laitues, roquettes ; puis mâches et oignons blancs, en fin de mois.

A repiquer : quand les conditions seront favorables, choux divers et de printemps, laitues scaroles et frisées, betteraves rouges, poirées (bettes-cardes), poireaux. Ces plants nécessiteront un arrosage abondant et suivi, si les pluies n’arrivent pas à temps.

Les cucurbitacées : lorsque vous aurez suffisamment de fruits formés, taillez après les 2 feuilles qui suivent le dernier fruit formé, afin d’obtenir de plus gros potirons, potimarrons, sucrines.

Les tomates : supprimer les feuilles touchant le sol, qui peuvent conduire les maladies. Palisser en hauteur et en largeur et attacher les tiges pour soutenir le poids des fruits. Enlever les gourmands, chaque semaine. Récoltes échelonnées jusqu’en novembre, selon météo et soins.

Les traitements : penser à renforcer les légumes exigeants, par un purin dilué (10 à 15 %) à base d’ortie, puis de consoude, puis de prêle.

Les arbres : après récolte des prunes, cerises, péches, tous des fruits à noyau, on peut élaguer en douceur ces fruitiers. Les fruits d’automne murissent en 2020, avec 3 semaines d’avance !

Le composteur : en période sèche, verser un arrosoir d’eau, chaque semaine. Continuer à alimenter le composteur en déchets variés de légumes et de fruits (non exotiques). Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire, au dessus de 10 à 15 cm de déchets et des vers de terre.

Les récoltes : pommes de terre, courgettes, tomates, aubergines, haricots, laitues, poivrons, maïs doux, oignons, ail, échalotes. A consommer, à conserver ou à partager !!!

 Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 9 août 2020