Au jardin en novembre et décembre 2019

La météo : Octobre nous a, enfin, donné des pluies régulières, bénéfiques et au total assez abondantes, sans dégâts, ni inondations. La végétation en a bien profité, les champignons aussi, mais les nappes phréatiques restent très déficitaires et basses. Des arbres à racines peu profondes ont souffert de cette 2ème année de canicule consécutive et ne survivront pas. En périodes nuageuses ou pluvieuses, le risque de gelée nocturne est écarté. Le froid est plutôt attendu et à craindre en décembre, à présent. La baisse des températures va se poursuivre avec la baisse de la journée solaire : 8 heures à Noël, contre plus de 16 h fin juin et 10 h ce 2 novembre.

 La lune : elle sera pleine le 12 novembre, puis le 12 décembre. Par rapport à la ligne d’horizon, elle est  montante jusqu’au 10 novembre, descendante jusqu’au 28 novembre, puis montante à nouveau jusqu’au 12 décembre.

Le travail du sol : il faut finir de récolter les légumes qui craignent les gelées. Sinon, les protéger par un voile, un tunnel, un paillage ou des feuilles. Astuce : on creuse une rigole de 5 cm de profondeur ou + autour des légumes racines que l’on veut garder en terre, pour que l’eau ne stagne pas. Les zones du jardin libérées après récoltes, seront bêchées ou retournées ou fraisées à la motobineuse ou nettoyées et paillées.

Composteur : les déchets verts, les fanes de légumes, les feuilles mortes abondent. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur, (sauf les feuilles de noyer) par petites quantités. Quelques gros vers de terre seront mis au chaud dans le composteur et se nourriront de tous ces déchets, pour les transformer en humus. Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire (3 ou 4 cm) tous les 10 cm de déchets.

Semis : ils sont exclus à présent, sauf sous serre ou tunnel. Mais en pleine terre, on peut planter l’ail  jusqu’à fin novembre et en situation protégée et bien exposée, on peut risquer quelques lignes de fèves ou de pois.

Repiquage : laitues, choux, poireaux peuvent encore être repiqués, en période de douceur, ou sous tunnel.

Bouturage, marcottage, division : un atelier de jardinage est organisé dans notre marais d’Antoine, rue de Babylone à Bourges, samedi 9 novembre à 14 h. Gratuit pour les adhérents, 4 € pour les non-adhérents.

Arbustes et arbres : Les jeunes plants d’arbustes et arbres seront plantés à partir de la mi-novembre. Et en décembre, on pourra commencer, sauf s’il gèle, à tailler  les arbres fruitiers qui produisent des fruits à pépins. Mario, notre spécialiste, perfectionnera les volontaires, à la taille fruitière, à Bourges, samedi 7 décembre à 14 h, puis le 29 février 2020, ce sera l’atelier greffe (greffe à l’anglaise). Une invitation précisera les détails de ces ateliers.

Récoltes : Les légumes et fruits stockés en cave ou dans un local abrité du froid, sont à surveiller fréquemment, pour éviter le développement de pourritures. On peut aussi donner des excédents, à une association caritative, au CCAS, ou mieux, aux familles en difficultés que l’on connaît. Conserver les graines des plus beaux légumes, après séchage sur un journal ou papier absorbant : les placer dans une enveloppe ou un pot en verre et les étiqueter.

Outils et manches : l’humidité et le froid les endommagent vite ; donc les ranger à l’abri. On protège les manches en bois par une couche d’huile de lin, et les fers, par de l’huile (de vidange), pour éviter la rouille.

Autour des jardins entourés d’eau, les marais, il faut poursuivre le curage des fossés, car une vase de 5 à 10 cm d’épaisseur, s’y dépose au fond, chaque année. Cette vase, très riche, peut être étalée en planches pour les prochains semis de printemps ou  stockée en tas, avant de l’incorporer dans le sol, au repiquage.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le2 novembre 2019