Au jardin en septembre 2019

La météo : les pluies sont attendues avec impatience sur les sols desséchés. L’été 2019 fait partie des étés les plus chauds et les plus secs jamais enregistrés. En septembre, les températures continuent de baisser, surtout la nuit. Mais nous devrions avoir encore de belles journées ensoleillées.

La lune : elle sera pleine le 14 septembre. Par rapport à la ligne d’horizon, la lune est descendante jusqu’au 7 ; elle sera montante jusqu’au 22, puis descendante à nouveau jusqu’au 4 octobre.

Le travail du sol : il faut poursuivre les arrosages, aux heures autorisées, car tous les végétaux ont soif et sont en stress hydrique. Le désherbage est aussi indispensable autour des légumes. Les zones du jardin libérées après récoltes pourront être bêchées, retournées ou fraisées.

Au composteur :  les déchets verts et de fanes de légumes sont disponibles au jardin après récolte. Les hacher si possible en petits tronçons, avant de les mettre dans le composteur. Ajouter de la terre (5 à 7 cm environ) aux couches successives, des vers rouges, de l’eau. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur. Penser à arroser en période sèche, une fois par semaine.

Les semis : en début de mois, on peut encore semer la plupart des légumes d’automne-hiver, navet, rave,  radis noir, panais, mâche, laitue scarole et frisée, laitue d’hiver, épinard, oignon blanc ou rouge, radis et choux de printemps. Mais il faudra arroser souvent et abondamment les semis, pour assurer une levée régulière des graines.

Poursuivre l’éclaircissage et le repiquage des choux divers, laitues, poireaux, fleurs, en privilégiant la fin d’après-midi et la fraicheur, pour éviter le brûlage des feuilles par le soleil et le dessèchement des plants.

Les cucurbitacées : après la formation des fruits, penser à tailler les tiges, 2 feuilles après le fruit, pour favoriser leur grossissement et éviter d’avoir une multitude de petits calibres.

Les tomates : il faut continuer d’éliminer les gourmands, palisser et attacher les tiges, pour soutenir les fruits. On peut renforcer les plants trop faibles par un arrosage de purin d’ortie ou et de consoude (10 à 20 % complété d’eau). Avec l’arrivée d’un temps plus frais et humide, il faudra peut-être traiter toute la plante, avec de la bouillie bordelaise (agréée en culture bio) ou des décoctions bio. On peut enlever progressivement les feuilles basses pour favoriser le mûrissement des fruits. Lorsque suffisamment de fruits sont formés, penser aussi, à étêter les tiges en septembre, car les fleurs à venir ne pourraient pas venir à maturité à temps.

Les fraisiers : on peut repiquer les stolons de fraisiers bien racinés, dans un sol enrichi de fumier, de  terreau ou de compost.

Récoltes : les récoltes de haricots, maïs doux, tomates, courgettes, aubergines, poivrons se poursuivent. Les potirons, sucrines, potimarrons, potirons peuvent rester encore au jardin, plusieurs semaines. Les excédents sains seront mis en cave ou dans un local abrité du froid, en conserve ou en congélation, ou partagés avec la famille et les amis. On peut aussi donner à une association caritative, au CCAS ou directement aux familles et personnes en difficultés que l’on connaît : à vous de choisir parmi les nombreuses sollicitations.  

Notre association donnra encore bien sûr et sera présente sur le stand F14, près du muséum d’histoire naturelle, le dimanche 8 septembre, à Bourges, à la fête des associations, de 10h à 18h.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 6 septembre 2019

Print Friendly, PDF & Email