Au jardin en mars 2017

La météo : les signes d’un printemps précoce sont là, bourgeons, feuilles sur saules pleureurs, passage des grues, douceur nocturne et températures en hausse. C’est une suite logique, après un hiver très précoce et froid : gelées dès la mi-octobre ! Mais des gelées nocturnes tardives sont possibles encore jusqu’en avril. Les pluies répétées, annoncées pour ce début de mars, vont alimenter les sols et les nappes phréatiques.
Les outils de jardinage à moteur : il faut terminer l’entretien des moteurs, lames, couteaux, fraises. Et les outils à main doivent être prêts à l’emploi, propres et aiguisés.
La lune : elle sera pleine le 12 mars. Elle sera montante jusqu’au 6, puis descendante jusqu’au 20, puis montante à nouveau jusqu’au 2 avril. Selon les spécialistes, en lune descendante, on peut favorablement « récolter les légumes racines, couper le bois, tailler, planter, repiquer, travailler le sol et l’enrichir ». La lune montante « favorise la montée de sève et est favorable aux greffes et aux récoltes de fruits ».
Le travail du sol : les terres retournées depuis plusieurs semaines ou mois sont prêtes pour les 1ers semis ou plantations, mais trop humides et collantes encore. Attendre qu’elles soient asséchées. S’il reste des parties enherbées, Il faut terminer de les retourner à la bèche ou à la charrue, après tonte ou fauchage.
Les fossés, canaux et rivières : lorsque le niveau d’eau est au plus bas, il faut retirer la vase accumulée. Elle est très riche et servira, après séchage, pour les semis et les repiquages.
Les arbres : hors période de gelées, il faut achever la taille des fruitiers qui produiront des fruits à pépins, donc les pommiers, poiriers, cognassiers et la vigne. Le bois de taille sera mis à l’abri de l’humidité, puis broyé, pour obtenir du BRF (bois raméal fragmenté). Les plus beaux rameaux de 1 cm de diamêtre, conservés dans du sable humide au nord d’un abri, pourront être greffés dès la mi-mars.
On peut encore traiter les troncs des fruitiers contre les parasites, en les badigeonnant, par temps sec, d’un mélange à base de chaux, d’argile, de bouse de vache et de bouillie bordelaise (admise en culture bio). Voir le livre « je prépare mes potions pour le jardin » de Lepouge (édition terre vivante)
En pleine terre : repiquer laitues, choux cabus, persil, ciboulette, fraisiers, artichauts et planter pois, oignons, échalote, ail. Diviser ciboulette, estragon, oseille, cive, pour obtenir de nouveaux plants et les repiquer. Tenter les 1 ères pommes de terre, en fin de mois, en sol favorable (asséché).
Sous tunnel plastique : semer radis, carottes, laitues, choux d’automne, poireaux
Sous serre chauffée ou en caissettes placées à l’intérieur de l’habitation : semer basilic, thym, persil, ciboulette. Attendre la 2è quinzaine pour semer tomate, aubergine, poivron, piment, céleri qui seront mis en place au jardin, en mai ; les semis plus précoces, repiqués en avril, obligent en effet à protéger les plants contre la fraicheur et les froids nocturnes. Les gelées sont à craindre jusqu’à fin avril.
Composteur : le compost prêt, au fond du composteur, peut être retiré, pour enrichir le sol des semis et des plantations, selon les besoins. Le composteur est alimenté en continu et humidifié si nécessaire.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires. 1-3-2017

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.