Association des légumes amis / ennemis

LEGUMESAMISENNEMIS
Ail laitue, betterave, fraisier, tomate, carotte, pomme de terre haricot, pois, poireau
Artichaut haricot, pois, radis, laitue
Aspergetomate
Aubergineharicot
Betterave ail, céleri, chou, échalote, épinard, haricot, oignon, radis carotte, poireau, pomme de terre, tomate
Carotte ail, céleri, chou, échalote, épinard, haricot, oignon, laitue, poireau, pois, betterave, pomme de terre
radis, tomate
Céleri betterave, carotte, chou, concombre, haricot, poireau, pois, radis, tomate laitue, pomme de terre
Chou betterave, carotte, céleri, concombre, haricot, laitue, pois, ^pomme de terre échalote, fraisier, oignon
Courgette haricot, laitue, oignon pomme de terre, radis, tomate
Concombre céleri, chou, haricot, laitue, oignon, pois, pomme de terre, tomate
Echalote betterave, carotte, fraisier, laitue, oignon, pomme de terre, tomate chou, haricot, pois
Epinard betterave, carotte, chou, concombre, laitue, fraisier, haricot, navet, poireau,
pois, radis, tomate
Fève artichaut, carotte, céleri, chou, concombre, cornichon, courgette, épinard,
haricot, laitue, melon, pomme de terre, radis
Fraisier ail, échalote, épinard, haricot, laitue, oignon, chou, poireau, tomatechou
Haricot aubergine, betterave, carotte, céleri, chou, concombre, courgette, épinard, ail, échalote, oignon, pois, poireau, tomate
laitue, fraisier, navet, pomme de terre, radis
Laitue ail, betterave, carotte, chou, concombre, courgette, échalote, épinard, céleri
fraisier, haricot, navet, oignon, pois, poireau, radis
Melon épinard, fève, haricot, laitue, pois, concombre, courge, pomme de terre
Navet épinard, haricot, laitue, pois, tomateoignon
Oignon betterave, carotte, concombre, courge, courgette, échalote, fraisier, laitue, chou, fève, haricot, navet, pois, pomme de terre, poireau
poireau, tomate
Panais oignon, laitue, poispomme de terre
Poireau carotte, céleri, épinard, fraisier, laitue, oignon, tomate ail, betterave, haricot, pois
Pois carotte, céleri, chou, concombre, épinard, laitue, navet, pomme de terre, radis ail, échalote, haricot, oignon, poireau, tomate
Pomme de terre ail, chou, échalote, épinard, fève, haricot, pois betterave, carotte, céleri, concombre, courgette, oignon, tomate
Radis betterave, carotte, céleri, épinard, laitue, pois, tomate haricot, courge, courgette
Tomate ail, asperge, carotte, céleri, échalote, épinard, fraisier, navet, oignon, poireau betterave, concombre, courgette, haricot, pois, pomme de terre
radis

Présentation de la formation au jardinage maraîcher et aux pratiques respectueuses de l’environnement

La formation débutera en salle. Selon la météo et l’état du sol, des séquences pratiques seront réalisées en jardin ou marais : préparation du sol, ratissage, semis en planche, plantation en ligne, semis protégé, compostage, éclaircissage, repiquage, buttage…

1) la parcelle de jardin choisie (ou à choisir) et les préalables :

  • son état général, et la nature du sol : calcaire, argileux, sableux, pierreux, d’alluvions ; pauvre, riche, acide, alcalin

  • sa situation, les accès, plan sommaire, orientation et dimensions : sur cahier ou feuille perforée ; évaluation des tâches de remise en état et en culture

  • les moyens matériels nécessaires, les outils dont je dispose, mon moyen de transport, achat ou location ou entraide

  • les conditions favorables et de sécurité, la gestuelle, les outils, le budget

  • le choix d’outils adaptés à mes capacités, à la surface, aux difficultés

  • ma santé, mes capacités physiques, ma disponibilité, mes points forts ou fragilités et limites

  • mes besoins en légumes : lesquels, quelle quantité, quand ?

  • les besoins du sol : eau, soleil, température, composants dont NPK

  • ma tenue de travail, l’hygiène, les vaccins, la trousse minimale de sécurité

  • élaboration du planning des tâches et organisation

2) la remise en état du jardin :

  • se préparer physiquement aussi

  • débroussaillage, désherbage, coupes, tailles, tonte, labourage, bêchage : selon le matériel dont je dispose, la météo du jour et des jours suivants, mes capacités de travail

  • entretien des points d’eau, coulants, rivières

  • vases et déchets : stockage, utilisation, points de compostage

3) la préparation des cultures :

  • fraisage, ratissage : selon mes outils

  • le compostage des déchets : composteur acheté ou loué (collectivités locales) ou fabriqué, fosse de compostage, techniques et entretien, les lombrics, l’utilisation du compost

  • La météo prévisionnelle, la température, l’état du sol, la lune (pleine, quartiers, croissante et décroissante, montante et descendante)

  • Mon plan prévisionnel de cultures, les allées et bordures, les arbres, les arbustes

  • Le sachet de graines

  • Mes premiers semis, techniques, en ligne ou en planche, outils nécessaires, calendrier, graines ou plants, marquage au sol et dans le cahier de bord. Le faux semis.

  • Mon cahier de bord

  • Les associations de plantes, les oppositions

  • Semis, marcottage, division, bouturage, greffe

  • Des cultures faciles pour débuter : oignon, pois, radis, laitues, carottes, betteraves rouges, poirées, maïs doux (sucré), ail, échalote, épinard

  • La protection des semis, contre les prédateurs et les caprices de la météo : les châssis, tunnels plastiques, voiles de forçage, filets, couches chaudes, ados, serres, vérandas, bandes colorées, obstacles et pièges

4) l’évolution du jardin :

  • Pousses, repousses, herbes

  • Les « additifs », traitements, composts, engrais, différents fumiers, boues, pour améliorer son terrain

  • Les paillages, broyages (BRF), déchets

  • Les solutions gratuites avec l’aide de la nature : le soleil, l’ortie, la consoude, la prêle, les fleurs qui protègent, la vase des coulants, les traitements bio ; les astuces des bons jardiniers

  • Le repiquage, l’arrosage, le désherbage, l’éclaircissage, le buttage

  • Les cultures plus difficiles, plus « techniques », les périodes favorables, les tuteurs : pommes de terre, tomates, aubergines, poivrons, piments, haricots divers, poireaux, courgettes, potirons, potimarrons, melons, fenouils, persils et aromatiques, choux divers, céleris, artichauts, …

  • Les semis protégés : en caissette

  • Les bordures, haies, allées, coulants, points d’eau

  • Les premières récoltes : constats, échecs et réussites, correction des erreurs et organisation de mon suivi

  • Consommation, conservation, stockage, excédents : silos, jauges, cave, grenier ou grange, conserves, congélation

  • Mes vacances en été : durée, prévision et calendrier de semis, récoltes avancées ou retardées, besoins en arrosage et entretien, quelle entraide possible par les amis, la famille, les voisins

5) les premiers bilans

  • Difficultés et réussites : mon cahier de bord pour suivre les résultats et organiser une rotation des cultures

  • Les premiers constats de récoltes et les corrections

  • Abri, cabane, point de puisage, cuve ou robinet, stockage et entretien des outils

  • Questions pratiques et solutions possibles

  • La solidarité entre jardiniers

  • L’organisation et le calendrier des prochains travaux

  • L’organisation du suivi individualisé : où, quand, comment

6) le suivi individualisé

  • Appui sur demande du stagiaire : analyse, conseils, réponses, propositions personnalisées

  • Sur rendez-vous préalable avec l’animateur, pendant un an, gratuitement pour les adhérents de l’association « les jardiniers solidaires ». Possibilité aussi de suivis en groupe étalés sur la saison de jardinage.

DOSSIER : La sécurité et les bonnes postures au jardin

Outils et matériels :

Ils doivent être facilement accessibles : un rangement cohérent, visible.

Entretenus régulièrement : les fers, les tranchants, les manches, les lames, les moteurs, les câbles d’alimentation.

Sécurisés : bien lire la notice technique d’utilisation détaillée avant la première utilisation. Utiliser de préférence un matériel récent, car les sécurités sont meilleures, souvent plus faciles d’accès (débrayage, coupure moteur très rapide, facilité d’utilisation notamment).

Adaptés – à mes besoins : surface à entretenir, nature du sol, hauteur des haies et arbres, terrain plat ou pentu ou bosselé.

  • à ma morphologie : poids des outils, largeur de travail au sol, longueur de coupe (arbres et haies), longueur du manche, largeur du tranchant
  • à mes choix de culture : en lignes, en planches, en carrés, avec ou sans obstacles (arbustes, arbres, décorations, meubles de jardin, constructions)

Essayés en présence d’un professionnel ou d’un jardinier expérimenté, la première fois : démonstration en jardin, conseils, manœuvres simples ou délicates ou risquées, position des sécurités sur le matériel motorisé.

Chaussures, vêtements, protections, selon le travail à effectuer :

On peut investir sur des chaussures de sécurité : semelles, embouts renforcés, lacets, résistance, protection des chevilles.

Des vêtements professionnels : pantalons anti coupures, vestes, combinaisons.

Des protections spécifiques : masques, visières, lunettes, gants, harnais antichute, bouchons antibruit, casque antibruit.

Mais aussi, ceintures dorsales, ceinture de flanelle comme nos grands parents, bracelets en cuir…

On s’adapte à la météo, mais on reste couvert, même en été, pour se protéger des coupures, hématomes, piqûres, coups de soleil.

On évite de travailler par temps de pluie ou sur terrains ou haies humides.

Activités à risques aggravés : à faire par temps sec

Taille en hauteur : taille fruitière sur arbres de haute ou demie tige, taille de haies en largeur et en hauteur, taille d’arbustes décoratifs. Privilégier escabeaux et échafaudages.

Débroussaillage : la faux, le débroussailleur à fil, le débroussailleur à lame (coupante), la tondeuse-débroussailleuse.

Broyage de branches et de végétaux : le broyeur à moteur électrique ou thermique.

Elagage et coupe d’arbres : la tronçonneuse.

Taille d’arbustes : le taille-haies.

Travail du sol : la motobineuse, le motoculteur.

L’entretien de rosiers et arbustes piquants (ronces, mûriers) : le sécateur.

La protection au sol :

Le terrain doit être sans obstacles, les haies taillées, les outils rangés, les câbles et tuyaux enroulés, les piquets et tuteurs rangés. Enlever les déchets et végétaux coupés avant fraisage ou labourage du sol. Dégager les allées et zones de passage, pour ne pas être gêné ou blessé par les branches basses.

Prendre le temps de ranger et ramasser ce qui peut gêner les manœuvres, avant de travailler : c’est déjà éviter des pertes de temps ensuite, des chutes, des glissades, des accidents.

Mon corps en forme :

Je vérifie que je suis à jour de mes vaccins : antitétanique surtout.

Je peux aussi accéder facilement à une trousse de secours.

J’évite les travaux à risques si je suis fatigué, ou si j’ai bu de l’alcool.

Avant tout travail très physique, je prends le temps de m’échauffer.

Je respecte le bon usage des outils et matériels.

Je réfléchis avant d’agir :

L’activité de jardinage est parfois difficile et travailler avec sa tête d’abord, permet de trouver des solutions de jardinage plus économes en efforts physiques et donc en fatigue.

Je ne me donne pas d’impératif :

Pas besoin de vouloir terminer dans la journée, un travail qui demande beaucoup de temps et d’énergie. Si besoin, je terminerai demain ou un autre jour, dans de bonnes conditions.

Postures : le ventre, le bassin :

En jardinage, le ventre, le bassin, sont « notre 2 ème tête pensante » : ils dirigent et permettent tous les mouvements, toutes les torsions du corps.

Solliciter mon coté droit comme mon gauche :

En jardinant, j’ai tendance à utiliser le même côté pour piocher, ratisser, bécher. Mais cela ne fait travailler qu’un seul côté de mon corps, le droit ou le gauche. A long terme, l’autre côté va être moins musclé et je risque un déséquilibre de la colonne vertébrale.

En piochant, ratissant ou bêchant, je dois penser à changer de bras – et de jambe – par exemple toutes les 10 minutes, ou à la fin d’une ligne ou d’une largeur de travail.

Eviter de peiner :

Le travail du jardin est certes difficile, mais je dois penser aussi à me faciliter les tâches, à ne pas peiner inutilement. Pour les gros travaux, un matériel motorisé pourra œuvrer plus vite et presque sans effort. Des outils, des matériels bien réglés, bien entretenus, passeront aisément sur le sol, sans solliciter vraiment d’effort physique : par exemple une motobineuse, un motoculteur.

Le jardinage doit rester un plaisir :

Et non une torture du corps. En jardinant, je dois me détendre, penser à autre chose, découvrir des astuces. Je dois y trouver du plaisir, de la satisfaction et si possible des résultats !!!


Michel Besse, avec la contribution active de Jean-François Billey, 30-4-2015

DOSSIER : Le Composteur pour les nuls

C’est quoi un composteur ?

Le composteur est une caisse sans fond, posée sur un carré de terre, dans lequel nous allons jeter les déchets verts. Un couvercle au dessus pour le fermer au besoin, et une ou plusieurs trappes en bas permettent de retirer par en dessous le terreau formé au fur et à mesure des besoins du jardin.

Vous pouvez fabriquer facilement un composteur en recyclant des planches. Laisser quelques aérations.

C’est l’un des premiers éléments à mettre en place dans un jardin, avec le récupérateur d’eau de pluie.

Pourquoi ?

Le composteur va vous débarrasser de déchets encombrants et vous rendre un terreau riche. Plus besoin d’engrais chimiques. Economie d’argent et de produits chimiques industriels. Ce terreau gratuit vous sera en effet, très utile, pour enrichir votre jardin et pour repiquer ou semer en ligne, légumes et fleurs.

Comment l’installer et où ?

Dans un endroit ombragé (pour préserver la vie à l’intérieur), accessible facilement pour aller le remplir régulièrement, proche du potager pour faciliter la redistribution du terreau. La terre aux alentours va s’enrichir, prévoir d’y mettre des fleurs ou des légumes gourmands comme les cucurbitacées.

Je commence par labourer ou bécher : il faut éliminer les herbes au sol, et aérer la terre au fond du composteur ce qui permet aux bactéries et vers déjà présents de remonter dans mon compost. La terre excédentaire retirée est stockée à côté du composteur : elle servira à recouvrir chaque couche de déchets de 10 à 15 cm, d’une couche de 5 à 7 cm de cette terre ordinaire.

Je pose ma caisse à même le sol nu, je peux éventuellement l’enterrer légèrement tout en laissant la trappe d’ouverture accessible.

Qu’est ce que je mets dedans ?

Des épluchures, la tonte du gazon, les mauvaises herbes arrachées, les fanes de légumes inutilisés (radis, carottes, haricots…) les petites tiges et feuilles issus des tailles de plantes, quelques feuilles mortes, du gazon frais mais en petite quantité…

Couper en petits bouts tous ces déchets, car cela permet d’accélérer le processus, et évite d’éventuelles repousses.

Conseil : mélanger de tout, ne pas mettre un seul élément en grande quantité. Alterner les couches de déchets avec des couches de la terre du jardin. Les micro-organismes présents dans la terre vont participer au travail de décomposition.

Il faut mettre des déchets « secs » comme des feuilles, des brindilles, de la paille, en complément des déchets trop verts comme le gazon fraichement tondu, pour équilibrer les composants chimiques et faciliter le travail des bactéries.

Indispensable : ajouter des vers de terre, par exemple ceux que vous trouvez lorsque vous bêchez ou arracher poireaux et choux ; ce sont eux qui transformeront la pourriture et les déchets en terreau. Les déchets et la terre se tasseront au fur et à mesure, un composteur d’un mètre cube peut recevoir beaucoup de déchets.

Entretien : les micro-organismes et les vers doivent survivre et se multiplier, ils ont besoin d’humidité et d’oxygène. Il convient de laisser le couvercle ouvert lorsqu’il pleut légèrement, ou d’arroser et fermer le couvercle lorsqu’il fait trop sec. Ne pas laisser ouvert lors d’une averse violente, car elle lessiverait les nutriments. Il faut introduire des matières de différentes tailles, et brasser régulièrement pour laisser passer l’air et donc l’oxygène.

Ne pas mettre dans le compost : les plantes avec des épines (qui ne se décomposeront pas et seront dangereuses pour les doigts), les épluchures d’agrumes et fruits exotiques, les plantes avec des maladies (qui risquent de s’y développer), les déchets alimentaires cuits ou les animaux morts (nourriture qui attirera des souris, mulots, rats…), les tailles de résineux sapins, thuyas, les plantes montées en graines (qui vont germer, pousser et commencer à puiser les ressources).

Bonus spécial : vous pouvez aller ramasser et hacher des orties pour votre composteur, c’est un excellent engrais vert. Vous pouvez également planter de la consoude, de la bourrache, des lupins (entre autres) dans votre jardin d’ornement, ces plantes très utiles attirent les insectes pollinisateurs, sont agréables à regarder, se ressèment toutes seules et donc prolifèrent. Bien arracher les plantes envahissantes et les mettre au compost, hachées, elles sont très riches en nutriments. Laisser sécher au sol vos mauvaises herbes, avant de les intégrer au composteur.

Fermentation : quand vous rajoutez des déchets, il y a une phase de fermentation d’environ deux semaines où les bactéries jouent un grand rôle et font monter la température jusqu’à 70°.

Il est possible de mélanger le tas après cette phase en remettant le dessous au dessus.

La récolte du compost

Il faut quelques mois pour que nos déchets deviennent du terreau. La durée dépend de vos vers travailleurs, de l’humidité, des déchets. Ouvrir régulièrement la trappe et gratter pour regarder. Retourner si besoin. Astuce : avoir 2 composteurs en activité, pour avoir toujours du compost mur disponible.

Particularité : les vers blancs. Vous trouverez sûrement des gros vers blancs, il s’agit souvent de larves de cétoines dorés (à l’état adulte, ce sont les scarabées verts dorés qui sont également des polinisateurs). Ils sont très efficaces dans votre composteur. Lorsque vous récolter le terreau, triez les et mettez les dans un bol. S’ils tournent en rond sur le dos (grâce à des petits cils le long du corps), il s’agit bien de cétoines. Réincorporez-les alors, au composteur avant qu’ils ne fassent une dépression. (Au bout de 12 tours ils se posent des questions existentielles).

Si les vers n’avancent pas et se prélassent au soleil, (ils sont tout nus et n’ont pas de petits poils pour avancer) il s’agit de larves de hannetons qui aimeront dévorer les racines de vos légumes à l’occasion. Comme ils sont riches en protéines, vous pouvez jouer à la dégustation de Koh Lanta à votre prochaine soirée entre amis, sinon faites en don aux poules.

Utilisation du compost : Le compost obtenu est riche, naturel et équilibré. C’est l’équivalent d’un terreau, sans les ajouts et produits chimiques. Utilisez-le surtout, au repiquage, à la plantation et au semis des légumes : pommes de terre, pois, tomates, aubergines, cucurbitacées,…


Sources : Simon Duranel et les jardiniers solidaires

Maison des associations, 28 rue Gambon,

18000 Bourges.

lesjardinierssolidaires@orange.fr

Température et délai de germination des graines potagères

Plus une graine est petite, moins elle est enterrée profond.

Astuce pour les petites graines : les mélanger avec du sable ou du terreau avant de les semer. Cela améliore la répartition et évite de semer trop dru.

Astuce pour les grosses graines, pour le persil : les faire tremper dans de l’eau tiède 24 h avant le semis pour ramollir la peau et faciliter la germination.

Ces données sont pour une conservation classique des graines. À savoir, il faut les conserver dans un endroit frais à l’abri de la lumière dans des sachets en papier ou tubes en verre (tubes à essais). Surtout pas dans du plastique, des supports en aggloméré ou contreplaqué car les colles qu’ils contiennent sont germicides. Mais il existe une autre méthode, utilisée par les conservatoires de graines et les semenciers, c’est la congélation. Toutes les graines potagères, bien séchées, peuvent être congelées sans limite de germination. Au Conservatoire botanique nationale de Brest, les graines sont stockées à -18°C au congélateur. C’est l’une des plus importantes Banque de graines au monde pour les espèces menacées. Les graines décongelées ne doivent pas être reconglées car cela provoce une détruction cellulaire.

Les indications ci-dessous constituent des ordres de grandeurs à titre indicatif

A B C D E F G H
8
Plante Température possible Température idéale Durée de levée en pleine terre Durée de levée sous abri chauffé Durée de trempage ou congélation Profondeur du semis Durée de conservation
9
Ail (caieu) 5 à 20°C
15 à 30 jours
Laisser + ou – dépasser la pointe du caieu selon l’humidité du sol 10-12 mois
10
Ail (semis) 15-20°C 4-6 jours 2-3 ans
11
Artichaut 21-24ºC 15-30 jours 6-14 jours 6-7 ans
12
Asperge 16-21ºC 20-30 jours 16-22 jours 4-5 ans
13
Aubergine 20 – 32ºC 8-14 jours 4-8 jours C 48h 0.5 à 1 cm 5-7 ans
14
Basilic 18 – 20ºC 6-9 jours 3-4 jours T 24h 8 ans
15
Bette à carde 5 – 32ºC 16 – 22ºC 7-10 jours 5-8 jours 4-5 ans
16
Betterave 15 – 26ºC 8-10 jours 6-8 jours 4-6 ans
17
Brocoli 18 à 22°C 21ºC 10-15 jours 8-10 jours 1 à 2 cm 4-5 ans
18
Carotte 10 – 30ºC 15 – 20ºC 10-20 jours 5-10 jours 0.5 à 1 cm 3-5 ans
19
Céleri 13ºC 20-25 jours 8-14 jours 6-8 ans
20
Céleri rave 13ºC 20-25 jours 8-14 jours 8 ans
21
Cerfeuil 10-14 jours 6-8 jours 0.5 à 1 cm 1-3 ans
22
Chicorée 20 – 25ºC 24°C 4-5 jours 2-3 jours 0.5 à 1 cm 6-10 ans
23
Chou brocoli 15 – 30ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
24
Chou chinois (pet-saï) 15 – 23ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
25
Chou de Bruxelles 13 – 30ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
26
Chou navet (rutabaga) 21ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
27
Chou pommé 16 – 22ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
28
Chou-fleur 15 – 23ºC 4-8 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
29
Chou-rave 21ºC 4-8 jours 3-4 jours 5 ans
30
Ciboulette / ciboule 18ºC env. 18 jours 2-3 ans
31
Citrouille 15 – 28ºC 10-20 jours 6-12 jours T 24h 4-5 ans
32
Concombre 15 – 35ºC 20 – 25ºC 6-8 jours 2-4 jours 2 à 3 cm 10 ans
33
Cornichon 15 – 24ºC 20 – 25ºC 6-10 jours 2-4 jours 2 à 3 cm 8 ans
34
Courge 15 – 28ºC 24 – 26°C 7-10 jours 6-8 jours T 24h 2 cm 10 ans
35
Courgette 15 – 28ºC 7-10 jours 6-8 jours T 24h 2 cm 6 ans
36
Cresson alénois 18ºC 2-4 jours 1-2 jours 3-4 ans
37
Crosne du Japon
38
Échalotes (caieu) 5 à 20°C
10 à 15 jours
Laisser + ou – dépasser la pointe du caieu selon l’humidité du sol 10-12 mois
39
Échalotes (semis) 18 à 21 °C
12 à 18 jours
1 à 2 cm 2 ans
40
Endive 20ºC 10-12 jours 6-10 jours
41
Épinard 13 – 30ºC 3-10 jours 2-4 jours 2 cm 4-5 ans
42
Fenouil 15 – 18ºC 8-10 jours 0.5 à 1 cm 2-4 ans
43
Fève 21ºC 10-14 jours 5-8 jours T 24h 3-6 ans
44
Haricot 16 – 30ºC 20 – 25ºC 6-10 jours 3-5 jours T 24h 3 cm 3-4 ans
45
Helianti
46
Laitue 5 – 28ºC 7 – 18ºC 7-10 jours 3-5 jours 3-5 ans
47
Mâche 18ºC 20ºC 9-10 jours 6-8 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
48
Mais doux 21ºC 7-9 jours 5-6 jours T 24h 1-2 ans
49
Melon 15 – 28ºC 7-8 jours 5-6 jours T 24h 3-7 ans
50
Navet 15 – 23ºC 4-7 jours 3-4 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
51
Oignon (bulbille) 15 – 26ºC 9-12 Jours 6-9 Jours Laisser + ou – dépasser la pointe du caieu selon l’humidité du sol 10-12 mois
52
Oignons (semis) 18 à 21 °C
12 à 18 jours
1 à 2 cm 2 ans
53
Origan 0.5 à 1 cm 2 ans
54
Oseille 15 – 26ºC 5-8 Jours 0.5 à 1 cm 3 ans
55
Panais 21ºC 21-28 jours T 24h 1-3 ans
56
Pastèque 20 – 32ºC 7-8 jours 5-7 jours T 24h 2-4 ans
57
Persil 17 – 29ºC 18 – 22°C 28-35 jours 16-22 jours T 24h 0.5 à 1 cm 2-3 ans
58
Piment 15 – 35ºC 20 – 22ºC 10-16 jours 7-12 jours C 48h 2-4 ans
59
Poireau 12 – 16ºC 10-15 jours 8-10 jours 0.5 à 1 cm 1-3 ans
60
Pois 13 – 30ºC 18-25 jours 10-15 jours T 24h 3 à 4 cm 3-5 ans
61
Poivron 17 – 35ºC 26 – 28°C 10-16 jours 7-12 jours C 48h 0.5 à 1 cm 2-4 ans
62
Pomme de terre 15 – 26ºC 20 jours de 5 cm (minimum) à 10 cm . Plus le sol est sablonneux, plus on plante profond 1 hiver
63
Potiron / potimarron T 24h 2-4 ans
64
Radis 2 – 29ºC 3-8 jours 2-3 jours 0.5 à 1 cm 4-5 ans
65
Radis noir 17 – 29ºC 3-5 jours 2-3 jours
66
Romarin 1-2 ans
67
Roquette 20ºC 4 ans
68
Salades 10 à 18°C 4 à 8 jours 0.5 à 1 cm
69
Salsifis 20ºC 10-12 jours 6-10 jours 4-10 ans
70
Sarriette 1-2 ans
71
Soja 1-2 ans
72
Thym 1-2 ans
73
Tomate 15 – 35ºC 20 – 25ºC 7-12 jours 4-6 jours 0.5 à 1 cm 5-10 ans
74
Topinanbour
75
Tournesol 7 ans
76
Print Friendly, PDF & Email