Au jardin en novembre et décembre 2020

La météo : Octobre nous a enfin, donné des pluies régulières et abondantes, sans dégâts, ni inondations. Mais des arbres à racines peu profondes ont vraiment souffert de cette 3ème année de sècheresse consécutive et beaucoup n’ont pas survécu. Le froid et le gel seront souvent présents en période de pleine lune et par ciel clair, comme ce 4 novembre. La baisse des températures s’accentuera avec la baisse de la durée de la journée solaire : 10 heures le 2 novembre et seulement 8 heures à Noël.

 La lune : elle sera pleine le 30 novembre, puis le 30 décembre. Par rapport à la ligne d’horizon, elle est montante jusqu’au 5 novembre, descendante jusqu’au18 novembre, puis montante à nouveau jusqu’au 2 décembre.

Le travail du sol : il faut finir de récolter les légumes qui craignent les gelées. Sinon, les protéger par un voile, un tunnel, un paillage ou des feuilles. Astuce : on creuse une rigole de 5 cm de profondeur ou plus, autour des légumes racines que l’on veut garder en terre, pour que l’eau ne stagne pas. Les zones du jardin libérées après récoltes, seront bêchées ou retournées ou fraisées à la motobineuse ou nettoyées et paillées.

Composteur : les déchets verts, les fanes de légumes, les feuilles mortes abondent. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur, (sauf les feuilles de noyer) par petites quantités. Quelques gros vers de terre seront mis au chaud dans le composteur et se nourriront de tous ces déchets, pour les transformer en humus. Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire (3 ou 4 cm) tous les 10 cm de déchets.

Plantations : on peut planter l’ail en novembre et en situation protégée et bien exposée, on peut risquer quelques lignes de fèves ou de pois. Laitues, choux, poireaux peuvent encore être repiqués, en période de douceur, ou sous tunnel.

Bouturage, marcottage, division : c’est le bon moment pour bouturer les arbustes à fruits rouges. Les stolons de fraisiers sont à repiquer en sol riche et propre. Les mûriers, les ronciers se reproduisent aussi facilement par marcottage. Diviser l’oseille pour avoir de nouveaux pieds, c’est facile et enrichissant !

Arbustes et arbres : Les jeunes plants d’arbustes et les arbres pourront être plantés dès début novembre et jusqu’à fin février. En décembre, on pourra, sauf s’il gèle, tailler les arbres fruitiers qui produisent des fruits à pépins.

Récoltes : Les légumes et fruits stockés en cave ou dans un local abrité du froid, sont à surveiller fréquemment, pour éviter le développement de pourritures. On peut aussi donner des excédents, à une association caritative, au CCAS, ou mieux, aux familles en difficultés que l’on connaît. Conserver les graines des plus beaux légumes, après séchage sur un journal ou papier absorbant : les placer dans une enveloppe ou un pot en verre et les étiqueter.

Outils et manches : l’humidité et le froid les endommagent vite ; donc les ranger à l’abri. On protège les manches en bois par une couche d’huile de lin, et les fers, par de l’huile (de vidange), pour éviter la rouille.

Autour des jardins entourés d’eau, les marais, il faut poursuivre le curage des fossés, car une vase de 5 à 10 cm d’épaisseur, s’y dépose au fond, chaque année. Cette vase, très riche, peut être étalée en planches pour les prochains semis de printemps ou  stockée en tas, avant de l’incorporer dans le sol, au repiquage.

Ateliers de perfectionnement : bouturage, marcottage, division des plantes ; manches en bois et réparation d’outils ; enrichissement du sol ; taille des fruitiers ; seront proposés dès que la situation sanitaire le permettra.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 4 novembre 2020

Atelier taille d’arbres fruitiers

le 19 janvier après-midi, au marais de Robinson à Bourges, les jardiniers solidaires organisaient un atelier taille d’arbres fruitiers, animé par Mario Soares, chef de culture, assisté par Michel Besse et Christian de Lignières. 6 adhérents ont participé activement à l’élagage et à la taille fruitière des pommiers dans le verger du marais de Robinson.

Puis, un jeune pommier a été planté : une opportunité pour comprendre les règles de base à respecter, afin d’assurer une bonne reprise et surtout une bonne croissance future, de l’arbre. L’association a offert à tous, le verre amical et solidaire, en fin d’après-midi.

Voici quelques photos prises par Dane, lors de cet atelier.

Crédit photo /Dne/Yo

Atelier de perfectionnement aux greffes d’arbres fruitiers

Samedi 9 février après-midi, nous étions 15 jardiniers solidaires, à suivre les phases de la greffe à l’anglaise, autour de notre spécialiste, Mario Soares.

Nous avons découvert les conditions de la réussite d’une greffe, avec le choix du porte-greffe, son “habillage”, la préparation du greffon et du rameau à greffer. Après les premières greffes réalisées par Mario, chacun a pu s’essayer à cette technique avant de repartir avec un porte-greffe et des greffons de son choix


Crédit photo: /Dne/Yo/

Au jardin en janvier 2019

La météo : décembre a clôturé en douceur l’année 2018, avec des températures supérieures aux normales de saison. Et 2018, selon Météo France, a battu tous les records de chaleur, avec une augmentation moyenne des températures sur l’année, de + 1°4. Or l’objectif idéal est de limiter le réchauffement climatique en 2030, à + 1°5 !!! La 1ère quinzaine de janvier s’annonce froide et sèche, avec des gelées nocturnes fréquentes. La 2ème quinzaine pourrait être plus douce et humide. Les périodes vraiment froides, avec gelées et neige, seraient plutôt prévues en fin de mois et en février.

Les outils de jardinage à moteur : tondeuse, débroussailleuse, motobineuse, motoculteur, taille haies,… doivent pouvoir démarrer facilement et en toute sécurité dans les prochaines semaines. Profiter de l’hiver pour faire l’entretien du matériel ou le confier à un professionnel : moteur, lames, couteaux, fraises

Les outils à main : vérifier les manches et les remplacer si besoin. Passer une huile de lin sur le bois des manches pour les protéger. Aiguiser les tranchants des fers avec une lime à métaux. Huiler les fers pour les protéger de la rouille : l’huile de vidange convient tout à fait pour cela. Et ranger tous les outils à l’abri.

La lune : elle sera pleine le 21 janvier.

Le travail du sol : les terres sont asséchées et c’est le bon moment, avant pluie et neige abondantes, pour retourner la terre du jardin, à la bèche ou à la charrue, si ce n’est déjà fait. Les gelées briseront les mottes et détruiront beaucoup de racines parasites, assurant un sol propre et léger pour les premières cultures de février. Mais on peut aussi se contenter de nettoyer, puis fraiser le sol. En permaculture, on ne laboure pas, mais on couvre la terre, avec un engrais vert, un paillage ou du bois raméal fragmenté.

Les arbres, hors période de gelées. Il faut tailler les fruitiers qui produiront des fruits à pépins, donc les pommiers, poiriers, cognassiers et la vigne. Le bois de taille sera mis à l’abri de l’humidité, puis broyé, pour obtenir du BRF (bois raméal fragmenté). On peut planter les jeunes arbres et arbustes, jusqu’en mars. On peut traiter les troncs des fruitiers contre les parasites en les badigeonnant, par temps sec et après
brossage, d’un mélange à base de chaux, d’argile, de bouse de vache et de bouillie bordelaise. Voir le livre « je prépare mes potions pour le jardin » de Lepouge (édition terre vivante)

Les arbustes à fruits rouges : rabattre les tiges de framboisiers à 30 cm environ du sol. Tailler les cassissiers et groseillers

Sous tunnel plastique ou serre, on protégera les laitues, carottes et légumes d’hiver restés au jardin, contre les grands froids. On peut compléter en les paillant ou en les entourant de feuilles mortes.

Composteur : l’alimenter régulièrement en feuilles (sauf de noyer), déchets de légumes et de fruits (non exotiques). Ajouter quelques pelletées de terre, au dessus de 10 à 15 cm de déchets et des vers de terre.

En cave ou grange : utiliser rapidement les derniers potirons, potimarrons, courgettes, sucrines… avant le démarrage de pourritures. Les cuisiner, les partager, les donner ou les mettre au congélateur.

Et préparer : son plan de jardin 2018 et ses propositions pour l’assemblée générale du 26 janvier à 9h00.

Formation aux greffes d’arbres fruitiers

Bonjour à tous

Dans le jardin de Xavier en ce samedi 17, nous étions 12, et Mario, notre spécialiste de la greffe, nous a présenté la greffe à l’anglaise.

A noter qu’il y a 2 versions de cette greffe ; la greffe à l’anglaise simple et la greffe à l’anglaise compliquée qui est la méthode que Mario a effectué sur du cerisiers et du pruniers.

Aussi, j’ai recherché sur internet quelque chose qui se rapproche le plus possible de ce que Mario a réalisé. Et j’ai trouvé ce site qui me semble le plus clair.

http://www.greffer.net/?p=627

Nous remercions Xavier de nous avoir accueillis dans son jardin et qui n’aura pas de fruits pour les 2 années à venir !!

Merci également à Mario qui malgré ses douleurs m’a pas hésité à prendre un peu de hauteur pour réaliser ces greffes directement dans l’arbre.

En parallèle de la séance de greffe, l’Oasis du 121 fêté ses 100 jours d’existence depuis vendredi 16.

Les jardiniers solidaires étaient présents le 17 pour le forum des associations et qui s’est terminé avec le pot de l’amitié.

Merci à Romain d’avoir assuré cette présence ainsi qu’à Laurence et sa double casquette avec LJS et la présentation de la monnaie locale « La Lignière ».

Bonne semaine à tous.

Christian de Lignières et Yannick Rousselot Secrétaire ” Les Jardiniers Solidaires.”

Bonjour jardiniers solidaires,

le samedi 17 février, à 14h, vous êtes invités à la formation aux greffes d’arbres fruitiers, à Bourges. Prévoir 1h30 à 2h.

Ce sera dans le jardin de Cécile et Xavier, 24 rue Camille Desmoullins. C’est près de la prison du Bordiot, mais c’est plus sympa et ouvert !

Se garer dans les rues proches, de préférence. Le jardin se trouve en haut du chemin et sera fléché.

Cet atelier est réservé aux adhérents à jour de leur cotisation 2018 (6 €) : pas d’inscription préalable nécessaire.

Au jardin en janvier 2018

La météo : décembre 2017 s’est terminé en douceur avec des températures supérieures aux normales de saison. Le mois de janvier nous apporte une 1ére semaine très chargée en pluies généreuses et des inondations généralisées, sur des sols gorgés d’eau. Le maintien de températures élevées pour la période se poursuivra selon les prévisionnistes. Les périodes froides, avec gelées et neige, seront donc au rendez-vous, plus tard, cette année : fin du mois et 1ére quinzaine de février, plutôt.

Les outils de jardinage à moteur : tondeuse, débroussailleuse, motobineuse, motoculteur, taille-haie,… doivent pouvoir démarrer facilement et en toute sécurité dans les prochaines semaines. Profiter de l’hiver pour faire l’entretien du matériel ou le confier à un professionnel : moteur, lames, couteaux, fraises.

Les outils à main : vérifier les manches et les remplacer si besoin. Passer une huile de lin sur le bois des manches pour les protéger. Aiguiser les tranchants des fers avec une lime à métaux. Huiler les fers pour les protéger de la rouille : l’huile de vidange convient tout à fait pour cela.

La lune : elle était pleine le 2 janvier et le sera à nouveau le 31. Elle est descendante jusqu’au 14, montante jusqu’au 28, puis descendante jusqu’au 11 février.

Le travail du sol : hélas, les terres sont très mouillées, voire sous l’eau. Il faut donc attendre des périodes sèches pour retourner la terre du jardin, à la bèche ou à la charrue, si ce n’est déjà fait. Les gelées vont ensuite briser les mottes et détruire beaucoup de racines parasites, assurant un sol propre et léger pour les premières cultures de février. Mais on peut aussi se contenter de nettoyer, puis fraiser le sol.

Les arbres : hors période de gelées, il faut tailler les fruitiers qui produiront des fruits à pépins, donc les pommiers, poiriers, cognassiers et la vigne. Le bois de taille sera mis à l’abri de l’humidité, puis broyé, pour obtenir du BRF (bois raméal fragmenté). On attendra pour planter les jeunes arbres et arbustes. On peut traiter les troncs des fruitiers contre les parasites en les badigeonnant, par temps sec et après brossage, d’un mélange à base de chaux, d’argile, de bouse de vache et de bouillie bordelaise. Voir le livre « je prépare mes potions pour le jardin » de Lepouge (édition terre vivante et en bibliothèque de l’association)

Les arbustes à fruits rouges : rabattre les tiges de framboisiers à 30 cm environ du sol. Tailler les cassissiers et groseillers ; on peut utiliser les plus belles coupes en boutures, dans un sol riche et humide.

Sous tunnel plastique ou serre, on protégera les laitues, carottes et légumes d’hiver restant au jardin, contre les grands froids. On peut compléter en les paillant ou en les entourant de feuilles mortes.

Composteur : continuer à alimenter le composteur en déchets de légumes et de fruits (non exotiques). Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire, au dessus de 10 à 15 cm de déchets et des vers de terre.

En cave ou grange : utiliser rapidement les derniers potirons, potimarrons, courgettes, sucrines… avant le démarrage de pourriture. Les cuisiner, les partager, les donner ou les mettre au congélateur.

Et préparer : son plan de jardin 2018 et ses propositions pour l’assemblée générale du 17 janvier à 18 h.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 7 janvier 2018

La taille des arbres et arbustes fruitiers, et leur greffes

Nous avons eu 23 jardiniers solidaires (adhérents) présents, malgré le temps froid et humide. Mario, puis Yannick, se sont démenés pour montrer les coupes, les tris de branches superflues et la taille fruitière aux participants, sur un grand cognassier, des pommiers et des poiriers, principalement. En clôture, Cécile et Xavier ont invité chacun à prendre une tasse de café ou de thé, ou un jus de fruit, accompagné de bons gâteaux. Cet atelier de taille pourra être renouvelé en janvier ou février prochain, selon les besoins.

Nous avons programmé également un atelier “greffes de fruitiers”, le samedi 17 février 2018 AM. Mais attention, ces 2 ateliers sont réservés aux adhérents, jardiniers solidaires, à jour de leur cotisation (5 € en 2017)

L’association « Les Jardiniers Solidaires » vous propose un perfectionnement sur la taille des arbres fruitiers, réservé aux adhérents (gratuit)

Le samedi 9 décembre 2017 à 14h à Bourges, au jardin de Cécile et Xavier, 24 rue Camille Desmoulins (Quartier gare SNCF)

Tout ce que vous voulez savoir sur la taille des fruitiers :

  • la taille de formation
  • la reprise d’arbres négligés depuis plusieurs années
  • les principes de la taille fruitière
  • et bien sûr, la pratique sur pommiers, poiriers, cognassiers…

(apportez votre sécateur)

Animé par Mario, notre spécialiste et par des jardiniers solidaires expérimentés

Au jardin en novembre et décembre 2017

La météo : les premières gelées, jusqu’à -2° par endroits, sont arrivées le 31 octobre dans le Cher. Les températures nocturnes restent, en novembre, basses et les gelées deviennent plus fréquentes. Cependant en périodes nuageuses ou pluvieuses, le risque de gel est souvent écarté. En journée, la baisse des températures est forte, depuis début novembre et va se poursuivre en décembre. L’hiver pourrait s’installer cette année, avec 2 semaines d’avance. Les observations météo, depuis mars, signalent +1° à +1,6° par rapport aux 30 dernières années : rester en deçà de 2° d’augmentation des températures, en 2030, sera donc difficile.

La lune : elle était pleine le 4 novembre et sera pleine à nouveau le 3 décembre. Par rapport à la ligne d’horizon, elle était montante jusqu’au 7, sera descendante jusqu’au 21 et montante à nouveau jusqu’au 4 décembre.

Le travail du sol : il faut finir rapidement, de récolter les légumes qui craignent les gelées. Sinon, les protéger par un tunnel, un paillage ou des feuilles. Astuce : on creuse une rigole de 5 cm de profondeur ou + autour des légumes racines, pour que l’eau ne stagne pas ; ainsi les gelées toucheront moins les racines. Les zones du jardin libérées après récoltes, seront bêchées ou retournées à la charrue ou fraisées à la motobineuse.

Composteur : les déchets verts, les fanes de légumes, les feuilles (sauf de noyer) sont compostables. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur, par petites quantités. Quelques gros vers de terre seront mis au chaud dans le composteur et se nourriront de tous ces déchets, pour les transformer en humus. Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire (3 ou 4 cm) tous les 10 cm de déchets.

Semis : ils sont exclus à présent, sauf sous serre ou tunnel. Mais on peut planter les bulbes d’échalote grise, d’ail et d’oignon, jusqu’à fin novembre. En situation bien exposée, on peut risquer quelques lignes de fèves ou de pois.

Repiquage : laitues, choux, poireaux peuvent encore être repiqués, en période de douceur, ou sous tunnel.

Arbustes et arbres : Les arbustes et arbres seront plantés à partir de la mi-novembre. Et on peut commencer, sauf s’il géle, à tailler pommiers, poiriers et tous les fruitiers qui produisent des fruits à pépins. Notez que le samedi 9 décembre, à 14 h, Mario, notre chef de culture, initiera et perfectionnera les volontaires, à la taille fruitiére, dans un verger de l’association ou d’un adhérent, à Bourges. Une invitation précisera les détails de cet atelier de taille.

Récoltes : Les légumes et fruits stockés en cave ou dans un local abrité du froid, sont à surveiller fréquemment, pour éviter le développement de pourritures. On peut aussi donner des excédents, à une association caritative, au CCAS, ou mieux, aux familles en difficultés que l’on connaît. Conserver les graines des plus beaux légumes, après séchage sur un journal ou papier absorbant : les placer dans une enveloppe ou un pot en verre et les étiqueter.

Outils et manches : l’humidité et le froid les endommagent vite ; donc les ranger à l’abri avant l’hiver. On protége les manches en bois par une couche d’huile de lin et les fers, par de l’huile de vidange, pour éviter la rouille.

Autour des jardins entourés d’eau, les marais, il faut poursuivre le curage des fossés, car une vase de 5 à 10 cm d’épaisseur, s’y dépose au fond, chaque année. Cette vase, très riche, peut être étalée en planches pour les prochains semis de printemps ou stockée en tas avant de l’incorporer dans le sol au béchage. Répartir ce travail de curage sur plusieurs jours, car il est pénible, en profitant des périodes où le niveau d’eau est le plus bas

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 10 novembre 2017

Présentation de la formation au jardinage maraîcher et aux pratiques respectueuses de l’environnement

La formation débutera en salle. Selon la météo et l’état du sol, des séquences pratiques seront réalisées en jardin ou marais : préparation du sol, ratissage, semis en planche, plantation en ligne, semis protégé, compostage, éclaircissage, repiquage, buttage…

1) la parcelle de jardin choisie (ou à choisir) et les préalables :

  • son état général, et la nature du sol : calcaire, argileux, sableux, pierreux, d’alluvions ; pauvre, riche, acide, alcalin

  • sa situation, les accès, plan sommaire, orientation et dimensions : sur cahier ou feuille perforée ; évaluation des tâches de remise en état et en culture

  • les moyens matériels nécessaires, les outils dont je dispose, mon moyen de transport, achat ou location ou entraide

  • les conditions favorables et de sécurité, la gestuelle, les outils, le budget

  • le choix d’outils adaptés à mes capacités, à la surface, aux difficultés

  • ma santé, mes capacités physiques, ma disponibilité, mes points forts ou fragilités et limites

  • mes besoins en légumes : lesquels, quelle quantité, quand ?

  • les besoins du sol : eau, soleil, température, composants dont NPK

  • ma tenue de travail, l’hygiène, les vaccins, la trousse minimale de sécurité

  • élaboration du planning des tâches et organisation

2) la remise en état du jardin :

  • se préparer physiquement aussi

  • débroussaillage, désherbage, coupes, tailles, tonte, labourage, bêchage : selon le matériel dont je dispose, la météo du jour et des jours suivants, mes capacités de travail

  • entretien des points d’eau, coulants, rivières

  • vases et déchets : stockage, utilisation, points de compostage

3) la préparation des cultures :

  • fraisage, ratissage : selon mes outils

  • le compostage des déchets : composteur acheté ou loué (collectivités locales) ou fabriqué, fosse de compostage, techniques et entretien, les lombrics, l’utilisation du compost

  • La météo prévisionnelle, la température, l’état du sol, la lune (pleine, quartiers, croissante et décroissante, montante et descendante)

  • Mon plan prévisionnel de cultures, les allées et bordures, les arbres, les arbustes

  • Le sachet de graines

  • Mes premiers semis, techniques, en ligne ou en planche, outils nécessaires, calendrier, graines ou plants, marquage au sol et dans le cahier de bord. Le faux semis.

  • Mon cahier de bord

  • Les associations de plantes, les oppositions

  • Semis, marcottage, division, bouturage, greffe

  • Des cultures faciles pour débuter : oignon, pois, radis, laitues, carottes, betteraves rouges, poirées, maïs doux (sucré), ail, échalote, épinard

  • La protection des semis, contre les prédateurs et les caprices de la météo : les châssis, tunnels plastiques, voiles de forçage, filets, couches chaudes, ados, serres, vérandas, bandes colorées, obstacles et pièges

4) l’évolution du jardin :

  • Pousses, repousses, herbes

  • Les « additifs », traitements, composts, engrais, différents fumiers, boues, pour améliorer son terrain

  • Les paillages, broyages (BRF), déchets

  • Les solutions gratuites avec l’aide de la nature : le soleil, l’ortie, la consoude, la prêle, les fleurs qui protègent, la vase des coulants, les traitements bio ; les astuces des bons jardiniers

  • Le repiquage, l’arrosage, le désherbage, l’éclaircissage, le buttage

  • Les cultures plus difficiles, plus « techniques », les périodes favorables, les tuteurs : pommes de terre, tomates, aubergines, poivrons, piments, haricots divers, poireaux, courgettes, potirons, potimarrons, melons, fenouils, persils et aromatiques, choux divers, céleris, artichauts, …

  • Les semis protégés : en caissette

  • Les bordures, haies, allées, coulants, points d’eau

  • Les premières récoltes : constats, échecs et réussites, correction des erreurs et organisation de mon suivi

  • Consommation, conservation, stockage, excédents : silos, jauges, cave, grenier ou grange, conserves, congélation

  • Mes vacances en été : durée, prévision et calendrier de semis, récoltes avancées ou retardées, besoins en arrosage et entretien, quelle entraide possible par les amis, la famille, les voisins

5) les premiers bilans

  • Difficultés et réussites : mon cahier de bord pour suivre les résultats et organiser une rotation des cultures

  • Les premiers constats de récoltes et les corrections

  • Abri, cabane, point de puisage, cuve ou robinet, stockage et entretien des outils

  • Questions pratiques et solutions possibles

  • La solidarité entre jardiniers

  • L’organisation et le calendrier des prochains travaux

  • L’organisation du suivi individualisé : où, quand, comment

6) le suivi individualisé

  • Appui sur demande du stagiaire : analyse, conseils, réponses, propositions personnalisées

  • Sur rendez-vous préalable avec l’animateur, pendant un an, gratuitement pour les adhérents de l’association « les jardiniers solidaires ». Possibilité aussi de suivis en groupe étalés sur la saison de jardinage.

Au jardin en octobre 2017

La météo : nous conservons l’avance de 2 semaines constatée sur la végétation, les fruits, les vendanges. Les températures vont continuer de baisser, bien sûr, surtout la nuit. Et les 1ères gelées, très précoces en 2016 du 9 au 11 octobre, ne sont pas attendues cette année avant la fin du mois. La douceur et les pluies de septembre ont été très bénéfiques pour nos jardins, mais ont généré une profusion d’escargots et de limaces. Si nous avions 16 heures de journée solaire fin juin, nous sommes à moins de 11 heures aujourd’hui. Puis seulement 8 heures fin décembre

La lune : elle sera pleine le 5 octobre. Par rapport à la ligne d’horizon, elle est montante jusqu’au 10, puis descendante jusqu’au 24 et montante à nouveau jusqu’au 7 novembre

Le travail du sol : il faudra récolter en fin de mois, les légumes qui craignent les gelées. Sinon, les protéger par un tunnel, un paillage ou des feuilles. Astuce : on creuse une rigole de 5 cm ou + autour des légumes racines, pour que l’eau ne stagne pas ; ainsi les gelées toucheront moins les racines. Les zones du jardin libérées après récoltes, seront nettoyées et pourront être bêchées ou retournées à la charrue

Composteur : beaucoup de déchets verts et de fanes de légumes sont disponibles au jardin après récolte. On peut en profiter pour démarrer un nouveau compost. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur, par petites quantités

Les engrais verts : par températures favorables, on peut semer seigle, avoine, vesce ou navette. En vert, au printemps, ils seront coupés et enfouis pour enrichir la terre en azote

Semis : ils sont exclus à présent, sauf sous serre ou tunnel. Mais on peut planter les bulbes d’échalote grise, d’ail et d’oignon, jusqu’à fin novembre. En situation bien exposée, on peut risquer quelques lignes de fèves ou de pois

Repiquage : laitues, choux, poireaux sont à repiquer pour une récolte de printemps, en 1ére quinzaine d’octobre. Au marais St-François, nos semis de fin juillet ont donné de superbes légumes et il reste des plants de scarole frisée wallonne, scarole de Bordeaux et chou-rave, à prendre ; si vous voulez les repiquer chez vous, contactez Luis, Mario, Olivier, Romain ou Marie, pour convenir d’un rendez-vous au marais.

Arbustes : les touffes de framboisiers excédentaires seront déplacées et plantées en fin de mois. Les autres arbustes et arbres seront plantés à partir de la mi-novembre. Groseillers, cassissiers se bouturent facilement en terre propre, riche et humide, ou en arrosant régulièrement si le sol est trop sec.

Récoltes : Les légumes et fruits sains en excédent seront mis en cave ou dans un local abrité du froid, en conserve ou en congélation, ou partagés avec la famille et les amis. On peut aussi donner à une association caritative, au CCAS ou directement aux familles en difficultés que l’on connaît : à vous de choisir parmi les nombreuses sollicitations. Conserver les graines des plus beaux légumes, après séchage sur un journal ou papier absorbant.

Autour des jardins entourés d’eau, les marais, il faut curer les fossés car une vase de 5 à 10 cm se dépose au fond chaque année. Cette vase, très riche, peut être étalée en planches pour les prochains semis de printemps ou stockée en tas avant de l’incorporer dans le sol au béchage. Répartir ce travail de curage sur plusieurs jours, car il est pénible, en profitant des périodes où le niveau d’eau est le plus bas

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 1er octobre 2017