Tous les articles

Formations 2020 au jardinage maraîcher et aux pratiques respectueuses de l’environnement

Formation en 20 heures au choix:

  • en soirée, de 18 à 20h, les mardis et jeudis, du 24 mars au 23 avril
  • ou 3 samedis consécutifs, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h10, les 11, 18 et 25 avril
  • et en projet : 2 jours et demi, le week-end des 1,2 et 3 mai ou le week-end des 8,9 et 10 mai

Public :

La formation s’adresse à toute personne adulte, ou d’au moins 15 ans, ayant peu ou pas de connaissances en culture de légumes et ayant un jardin ou marais disponible ou en projet

Lieu Bourges : à la maison des associations, ou chez un partenaire ; et en jardin ou marais de l’association

Organisation par l’association « les jardiniers solidaires »,  jardiniers formateurs expérimentés et référencés 

  • 122 adultes, hommes et femmes, de toutes professions et de tous niveaux d’études, âgés de 18 à 77 ans, formés depuis 2013 au jardinage « propre ». 
  • 96 élèves de CM1 et CM2 initiés au jardinage, à Bourges, dans les écoles de Beaumont-Carolus, le grand Meaulnes et les Barbottes, avec création de 3 jardins écologiques et pédagogiques.
  • 7 marais cultivés en parcelles partagées sur 6600 m2 de surface : jardins et marais créés ou remis en culture après friche, par les jardiniers solidaires


Objectifs

  • Remettre en culture son jardin, loué ou acheté, même en mauvais état, même en friche
  • Organiser son calendrier de travail selon la météo et l’état du sol
  • Apprendre et pratiquer les techniques efficaces et les plus respectueuses de l’environnement (bio)
  • Utiliser les outils à main et le matériel motorisé dans de bonnes conditions et en sécurité
  • Produire ses premiers légumes et planifier ses productions futures selon ses besoins et ses disponibilités

Formation en salle et en jardin

  • pour 15 stagiaires au maximum, avec un suivi assuré pendant un an, pour les adhérents
  • avec possibilité d’emprunter livres et revues de base du jardinage, gratuitement
  • avec accès à des outils à main et à moteur de l’association (motobineuse, broyeur de branchage, tondeuse-débroussailleuse, taille-haie,…) dans des conditions privilégiées
  • avec la possibilité de partager et cultiver un jardin ou marais, à l’issue de la formation

Participation aux frais : 34 € + adhésion de 6 € à l’association. Chèque-cadeau à offrir, de 34 €, sur demande

Partenaires : Entraide Berruyère, la ville de Bourges, Bioberry, le Crédit Agricole, les restos du cœur, des jardineries

                                                  Programme détaillé, renseignements et inscription :

vente de légumes au marais d’Antoine vendredi 27 novembre

Bonjour amis jardiniers solidaires,

nous vous annonçons la prochaine vente de légumes d’automne, cultivés en bio sur nos parcelles certifiées AB et celles d’un partenaire ami, demain vendredi 27 novembre, au marais d’Antoine, Rue de Babylone à Bourges.

La vente aura lieu de 16h à 18h et tous les adhérents pourront venir acheter, mais aussi toutes personnes intéressées. Merci de diffuser cette information à vos proches et amis, largement.

Choux-fleurs, carottes, potimarrons, navets-raves, notamment, seront proposés à prix du non-bio !

A bientôt

Cordialement

Michel Besse, président et le Bureau
les jardiniers solidaires
maison des associations, 28 rue Gambon, 18000 Bourges
tél 06 51 72 96 18
lesjardiniers solidaires.org/

Des parcelles de marais vont se libérer prochainement, au marais d’Antoine et au marais de St-Paul à Bourges : contactez-nous rapidement si vous souhaitez bénéficier de ces parcelles partagées. Demande à remplir, en PJ.

la cabane du marais St-Paul restaurée

nous en rêvions depuis la chute malencontreuse d’un arbre, mal coupé en 2018, par des professionnels de la ville de Bourges qui avait détruit le tiers de notre cabane.

Guy est arrivé et sans bruit, il a commencé par ranger, trier, sécuriser, déblayer, évacuer, consolider. En quelques jours, une belle charpente est apparue, assemblée à partir de pièces récupérées dans les squats détruits en automne 2019, sur cette zone de St-Paul, abandonnée par la municipalité, en fait.

Lundi 23 novembre, à 13h30, nos aînés Francis et Michel, notre fidèle Valérie, sous la direction de notre actif chef de chantier Guy, se sont partagés les travaux. Dégager et stocker le riche terreau de feuilles, accumulé autour de la cabane, enlever les tôles rouillées et endommagées, fixer des pièces de charpente et de support supplémentaires, puis poser de nouvelles tôles et recouvrir cet espace de 7 m x 3 m : en 2h30, tout était fait !

Alba et Alexandre, nouveaux bénévoles, sont venus plus tard, étayer le chemin d’accès à la cabane et aider à ranger les matériaux.

Il restera des finitions à assurer et peut-être une cuisine, salle de bains, cheminée et chambre d’amis, à installer !!?

Mais aujourd’hui, notre cabane de St-Paul a retrouvé vie et est prête à accueillir anciens et nouveaux jardiniers solidaires : 2 parcelles de 130 m2 viennent de se libérer et sont en très bon état. Avec Guy, qui a déjà repiqué sur sa parcelle, les candidats jardiniers pour ces 2 parcelles, seront bien accueillis et encouragés. Nous contacter et remplir la demande ci-jointe.

marais St-Paul parcelle M-Thérèse 4-2020

Merci à tous les bénévoles!

vente de légumes au marais d’Antoine vendredi 20 novembre

Bonsoir amis jardiniers solidaires,

nous allons bénéficier d’une livraison de légumes de saison, bio, demain et cela nous permettra de les vendre, dès 16h, au marais d’Antoine, rue de Babylone à Bourges.

Potimarrons, carottes, potirons, poireaux,… seront en vente, de 16h à la tombée de la nuit.

Tous les adhérents de notre association peuvent venir acheter, mais aussi leurs proches, leurs amis, leurs voisins. Tout acheteur sera bienvenu.

Merci de diffuser cette information largement.

le noyer à 3 troncs de St-Outrille

marais St-Outrille vu du grand noyer en 8-2020

Bonjour amis jardiniers solidaires,

Guy nous propose l’article ci-dessous, pour illustrer le travail réalisé dans nos marais de Robinson et St-Outrille à Bourges, avec nos 3 stagiaires Soudanais et Somalien, en octobre 2020.

Précisons que le noyer qu’il cite, abattu puis tronçonné par Guy, était composé de 3 troncs dangereux, peu productifs, mal placés, qui penchaient vers le sol et empêchaient tout travail de maraichage. Il était situé en fait dans le marais DP116, appartenant à la ville de Bourges. Ce marais est contigu à notre marais de Robinson, et il s’appelle en réalité marais de St-Outrille et non marais de Robinson. Il est loué à notre association par la ville de Bourges depuis avril 2019, était en friche et a été classé en AB (bio) par Ecocert en janvier 2020.

marais St-Outrille noyer tronçonné 4-2020

Ce marais a été cultivé avec succès par des jardiniers solidaires débutants, formés d’avril à août 2020, puis par un groupe de 10 femmes venus le 30 mai après-midi s’initier au jardinage bio avec BioBerry et enfin par 3 groupes successifs de stagiaires issus de l’immigration autorisée, accueillis en juin, en juillet et en octobre 2020. Merci à tous ces nouveaux jardiniers, devenus nos amis solidaires et à tous les bénévoles de notre association, venus pour aider à former, encadrer et travailler dans ces marais. Et un grand MERCI à Guy, qui a assuré des missions souvent difficiles et très physiques, au cours de ces demi-journées où il ne comptait pas son temps.

Michel Besse, président, formateur et coordonnateur de ces travaux

marais St-Outrille motobineuse par Khalilullah 19 juin 2020

Si d’après la légende ou le conte, Robinson devait se sentir bien seul sur son île déserte, chez les jardiniers solidaires, c’est le noyer à trois troncs du marais de St-Outrille, situé chemin de Robinson, qui ressentait sans doute la même lassitude, la même solitude au milieu de ces marais! À tel point qu’après une bonne centaine d’années de présence, notre président décida pour faire de la place pour notre maraîchage bio du marais, de lui accorder un repos définitif! Deux gros troncs se sont donc vu disparaître dès mars dernier, mais trop fier que pour se laisser aller aussi facilement, le dernier grand tronc penché du noyer fit de la résistance en sachant qu’il avait une dernière mission à remplir! En effet durant ces deux dernières semaines d’octobre, il a eu la noble tâche d’observer, guider et encourager du haut de ses hautes branches centenaires les travaux de nos trois stagiaires Moubarak, Najib et Sabri, réfugiés dans nos contrées et qui ont fait un boulot du tonnerre, sous la houlette de Michel et de bon nombre d’autres bénévoles de l’association. Notre noyer bien fier et si haut perché agissait avec facilité et dextérité dans ses observations pour le bien-être de nos courageux jardiniers en herbe, qui travaillèrent aussi aux marais d’Antoine, des Ribauds, de Robinson, de St-Outrille, de St Paul et au jardin de Baudens. Biner, sarcler, ratisser, planter, tailler, tondre, cueillir, devenaient autant de tâches accessibles à nos stagiaires, mais c’était aussi sans compter les nombreuses tâches de fin de saison, démolition de cabanons obsolètes, déplacement de poulailler, nettoyage et curage de fossés, évacuation à la déchetterie, confection d’abris supplémentaires, aménagement de cabanons restants, débroussaillage et préparation de nouvelles parcelles. J’en passe encore tant les tâches annexes furent nombreuses en octobre.

marais St-Outrille noyer à tronçonner 25-6-2020

Chaque marais aura bénéficié de leur bonne volonté et de leur travail et je suis certain que bien des adhérents, en revenant dans ces marais et jardins, s’émerveilleront de ces nombreux travaux améliorant notre cadre de vie. Ainsi, à la fin de ces deux semaines, notre noyer pouvait tirer sa révérence en ne laissant qu’une grosse souche au sol en guise de témoignage ou de souvenir des services rendus depuis autant d’années. Tout en sachant qu’après tronçonnage, transport et séchage, il assurera encore un dernier service à votre serviteur, en agrémentant de nombreuses soirées d’hiver, dans l’âtre du feu ouvert qui accueillera ses bûches, apportant la chaleur et  le spectacle d’une flamme dansante.Tout jardinier solidaire qui se respecte ne peut qu’avoir une pensée de gratitude pour les nombreux services rendus par notre Noyer à 3 troncs !

Amicalement 

Guy

Prochaine vente, ce vendredi 13, de 16 à 18h au marais d’Antoine

Prochaine vente, ce vendredi 13, de 16 à 18h au marais d’Antoine, rue de Babylone à Bourges. Mais ce sera peut-être une de nos dernières ventes, car nos productions touchent vraiment à leur fin. Merci à Armelle qui nous a réapprovisionnés pour vendredi, en carottes, pommes de terre, potimarrons, potirons rouges verts oranges,…Pensez à venir faire vos achats de légumes cultivés en BIO, en direct, à prix intéressants et à diffuser cette info SVP, à vos proches.

Vente de fruits et légumes cultivés en bio lundi et vendredi

Nous poursuivons nos ventes de fruits et légumes cultivés en bio au marais d’Antoine, les lundis et vendredis, de 16h à la tombée de la nuit (18h actuellement). Et nous proposons de beaux coings en promotion, à 1 € le kg.

Au jardin en novembre et décembre 2020

La météo : Octobre nous a enfin, donné des pluies régulières et abondantes, sans dégâts, ni inondations. Mais des arbres à racines peu profondes ont vraiment souffert de cette 3ème année de sècheresse consécutive et beaucoup n’ont pas survécu. Le froid et le gel seront souvent présents en période de pleine lune et par ciel clair, comme ce 4 novembre. La baisse des températures s’accentuera avec la baisse de la durée de la journée solaire : 10 heures le 2 novembre et seulement 8 heures à Noël.

 La lune : elle sera pleine le 30 novembre, puis le 30 décembre. Par rapport à la ligne d’horizon, elle est montante jusqu’au 5 novembre, descendante jusqu’au18 novembre, puis montante à nouveau jusqu’au 2 décembre.

Le travail du sol : il faut finir de récolter les légumes qui craignent les gelées. Sinon, les protéger par un voile, un tunnel, un paillage ou des feuilles. Astuce : on creuse une rigole de 5 cm de profondeur ou plus, autour des légumes racines que l’on veut garder en terre, pour que l’eau ne stagne pas. Les zones du jardin libérées après récoltes, seront bêchées ou retournées ou fraisées à la motobineuse ou nettoyées et paillées.

Composteur : les déchets verts, les fanes de légumes, les feuilles mortes abondent. Stocker en tas les déchets les plus volumineux, en attendant de pouvoir les incorporer au composteur, (sauf les feuilles de noyer) par petites quantités. Quelques gros vers de terre seront mis au chaud dans le composteur et se nourriront de tous ces déchets, pour les transformer en humus. Ajouter quelques pelletées de terre ordinaire (3 ou 4 cm) tous les 10 cm de déchets.

Plantations : on peut planter l’ail en novembre et en situation protégée et bien exposée, on peut risquer quelques lignes de fèves ou de pois. Laitues, choux, poireaux peuvent encore être repiqués, en période de douceur, ou sous tunnel.

Bouturage, marcottage, division : c’est le bon moment pour bouturer les arbustes à fruits rouges. Les stolons de fraisiers sont à repiquer en sol riche et propre. Les mûriers, les ronciers se reproduisent aussi facilement par marcottage. Diviser l’oseille pour avoir de nouveaux pieds, c’est facile et enrichissant !

Arbustes et arbres : Les jeunes plants d’arbustes et les arbres pourront être plantés dès début novembre et jusqu’à fin février. En décembre, on pourra, sauf s’il gèle, tailler les arbres fruitiers qui produisent des fruits à pépins.

Récoltes : Les légumes et fruits stockés en cave ou dans un local abrité du froid, sont à surveiller fréquemment, pour éviter le développement de pourritures. On peut aussi donner des excédents, à une association caritative, au CCAS, ou mieux, aux familles en difficultés que l’on connaît. Conserver les graines des plus beaux légumes, après séchage sur un journal ou papier absorbant : les placer dans une enveloppe ou un pot en verre et les étiqueter.

Outils et manches : l’humidité et le froid les endommagent vite ; donc les ranger à l’abri. On protège les manches en bois par une couche d’huile de lin, et les fers, par de l’huile (de vidange), pour éviter la rouille.

Autour des jardins entourés d’eau, les marais, il faut poursuivre le curage des fossés, car une vase de 5 à 10 cm d’épaisseur, s’y dépose au fond, chaque année. Cette vase, très riche, peut être étalée en planches pour les prochains semis de printemps ou  stockée en tas, avant de l’incorporer dans le sol, au repiquage.

Ateliers de perfectionnement : bouturage, marcottage, division des plantes ; manches en bois et réparation d’outils ; enrichissement du sol ; taille des fruitiers ; seront proposés dès que la situation sanitaire le permettra.

Michel Besse, pour les jardiniers solidaires, le 4 novembre 2020

Dans les marais de Bourges, les Jardiniers solidaires forment trois stagiaires migrants au jardinage et au français

Michel Besse (en rouge) se dit « sensible » à l’idée de donner la chance à tout le monde pour travailler dans les marais de Bourges et de se professionnaliser durant deux semaines au sein de son association des « Jardiniers solidaires ».

© Le Berry Républicain – Agence BOURGES

Pour lire l’article:

https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/dans-les-marais-de-bourges-les-jardiniers-solidaires-forment-trois-stagiaires-migrants-au-jardinage-et-au-francais_13868425/